Le Réseau Avocats Sans Frontières s’inquiète de voir le procès Chebeya se transformer en parodie de justice et demande une commission d’enquête internationale.

Communiqué


Au nom du Réseau Avocats Sans Frontières, François Cantier, Président d’Avocats Sans Frontières France, s’est rendu à Kinshasa, à la demande du collectif d’avocats congolais, aux audiences des 24 et 27 janvier dernier.

Le procès des présumés responsables de l'assassinat du défenseur des droits de l'homme, Floribert Chebeya, et de la disparition de son collaborateur, Fidèle Bazana, se poursuit devant la Cour Militaire de Kinshasa où sont jugés 8 officiers de police dont 3 sont en fuite.

Leur chef, le Général John Numbi, fortement soupçonné d'être le commanditaire de ces crimes, et qui n'a pas été renvoyé devant cette Cour, a comparu ce jeudi 27 janvier comme simple "renseignant".

Les conditions de son interrogatoire aussi bien par la Cour que par le Parquet font apparaitre que la Justice Congolaise a décidé de ne pas l'inquiéter.
Ceci signifie, ajouté aux pressions dont sont l'objet les "renseignants", proches des victimes et leurs Avocats, que la vérité sur ces crimes sera scellée.


Le risque est donc grand que ce procès ne se transforme en parodie de justice au détriment de la lutte contre l'impunité.

L'évolution du traitement de cette affaire nous conduit à demander instamment à la communauté internationale, à ses Etats, organisations d'état et à la société civile, de mettre en place une commission d'enquête internationale, avec les plus larges pouvoirs d'investigation, et la reprise du procès par une juridiction de droit commun indépendante sous l'observation d'organisations de défense des droits de l'Homme reconnues.
 

En savoir plus sur cette affaire

Floribert Chebeya

Floribert Chebeya, Président-fondateur de l’ONG congolaise La Voix des Sans Voix (VSV)

John Numbi

John Numbi



Communiqués de presse